Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Tranchecaille / Patrick Pécherot

12 Octobre 2009 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Tranchecaille est le dernier roman de Patrick Pécherot, paru en novembre 2008 à la Série Noire.
Il vient de recevoir le Trophée 813 du meilleur roman francophone (voir plus haut).
Je l'ai lu il y a un moment déjà mais j'ai malheureusement encore pas mal de chroniques en souffrance. Ce prix est donc pour moi l'occasion rêvée (comprenez le bon coup de pied au cul) pour publier mon avis.


Résumé

1917, chemin des Dames. La guerre fait rage dans les tranchées et le lieutenant Landry est tué, jusque là rien d’anormal. Le problème, c’est que la balle semble être venue de l’arrière, autrement dit, de son propre camp. C’est Antoine Jonas – dit Tranchecaille – qu’on accuse d’avoir assassiné l’officier. Le capitaine Duparc est chargé de défendre le jeune soldat. Ce dernier est-il aussi naïf qu’il y paraît ou bien est-ce un génie de la simulation, un esprit tordu ? C’est là tout ce que le capitaine va essayer de découvrir quand bien même la guerre ne semble pas décidée à s’arrêter pour autant.


Mon avis

J’ai toujours beaucoup aimé l’Histoire, et la Première Guerre mondiale ne m’a jamais laissé indifférent. Du coup, j’ouvrais déjà Tranchecaille dans de bonnes dispositions, et ce malgré le fait que mes premiers Pécherot m’aient un peu déçu (Soleil noir et Tiuriaï).

« Jonas ? Quand il a débarqué ici, on aurait dit qu’il tombait de la lune. On en voit ici, des paumés. Y a que l’embarras du choix. Des qu’ont jamais eu d’autres horizons que le cul des vaches. Des mômes, encore barbouillés des confitures de leur mère. Des types qui chialent sur la photo de leur blonde… C’est autant qui tomberont un matin, de la terre dans la bouche et les tripes à l’air. Ceux-là, on lirait leur avenir comme dans un livre ouvert. Viande premier choix. La fête aux asticots, c’est une question de jours. Lui, c’était autre chose. Un vrai poème. »

Les romans de Patrick Pécherot ont des points communs évidents. Une documentation irréprochable, des personnages simples et attachants, des dialogues travaillés.
Tranchecaille ne fait pas exception à la règle.

« Depuis deux heures, les cannons tonnent. Un orage d’acier. L’air en est tout déchiré. C’est du lourd qui passe au-dessus des têtes pour s’écraser en face, vers les Boches. La terre est secouée de tremblements. Il en vient par en dessous, en ondes mauvaises. Des lames de fond parcourant le sol. Ça gonfle, ça gondole, ça craque, la croûte terrestre ondule. Des geysers de cailloux percent comme des bubons. Ils gerbent au ciel et retombent avec un bruit de pluie sèche. Le grand terrassement est à l’œuvre. A l’explosif, les artiflots ! Dzin-boum ! Envoyez les miaulants, les gros noirs, les fusants. Ça déblaie, ça creuse, ça laboure des champs entiers. Ou ce qu’il en reste. Les sillons sont abreuvés de sang impur à flanquer la courante. La grosse colique pierreuse. Avec l’argile jaune et les mottes bien noires qui vous giclent à la gueule. Sur les casques, la caillasse tambourine. Ça lansquine dru, des silex et des sédiments. Le minéral est chamboulé dans les profondeurs. Il en est soufflé. Il crache des fossiles et des ossements. C’est la nuit des temps qui tombe. »

La Première Guerre mondiale dans le roman noir, certains s’y sont déjà essayé, comme Daeninckx dans La der des ders ou Bourcy avec sa série des enquêtes de Célestin Louise. Pécherot aussi, pour la jeunesse, dans L'affaire Jules Bathias. Il connaît donc bien son sujet et sa plume nous retranscrit cela d’une telle façon – dialogues impeccables, richesse de la langue –  qu’on se croirait presque dans les tranchées. Je verrai bien Tardi (qui a déjà adapté La der des ders) adapter ce roman, lui qui sait si bien nous faire vivre cette guerre en BD.

Au fil du roman, tout y passe. Les horreurs de la guerre bien sûr, et la difficulté d’y faire face, avec des scènes parfois difficiles (comme cette bonne sœur qui aide ce chirurgien à amputer à la chaîne dans un hôpital de fortune). La bêtise humaine est rappelée, comme avec la fameuse affaire du pantalon, à laquelle l’aventure de Tranchecaille fait incontestablement écho. La volonté compréhensible de fuir la guerre – désertion, automutilation. Le dur retour à l’arrière des rescapés, gueules cassées et autres hommes-troncs. La propagande, la censure, les débuts de la presse contestataire (on assiste à la naissance du fameux Canard enchaîné). L’auteur laisse tout de même un peu de place à l’espoir, avec les permissions (notez au passage cette belle citation : « Les permes, on s’en fait tout un fromage, et quand on le déballe il sent parfois le moisi. »)  ou la fraternisation, pour tenter d’oublier un moment l’enfer de la guerre.

« Du sol labouré montent des pleurs, des appels et des sanglots. C’est le concert des moribonds. La fanfare désaccordée. Le requiem des qui veulent pas clamser. Avec les reprises en chœur et les râles en canon.
-    A moi ! Les copains !
Elle est bath, la musique militaire. »


Et au cœur de tout ça, l’affaire concernant Tranchecaille, intrigue jamais mise de côté pour autant, qui connaît un départ aussi surprenant qu’osé et comporte quelques rebondissements bien pensés. Affaire que feront tout pour résoudre le capitaine Duparc et son greffier, le caporal Bohman – détective dans le civil – et ce malgré la mauvaise volonté évidente des supérieurs de voir éclater la vérité.

Tranchecaille est au final un excellent roman où Patrick Pécherot parvient à nous transmettre brillamment sa passion pour l’Histoire et les gens simples. Sûrement son meilleur roman à ce jour.

Pour découvrir cet auteur, une belle interview réalisée par l'ami Jeanjean est disponible sur son blog.



Tranchecaille de Patrick Pécherot, Gallimard/Série Noire (2008), 294 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

foxy 14/01/2013 20:53

bon après j'arrête promis mais Pecherot je pouvais pas le louper...vous êtes d'accord ?

Hannibal 15/01/2013 15:30



D'accord, surtout pour Tranchecaille. Après, j'ai pas encore tout lu...



jeanjean 14/10/2009 09:27


Non, je comptais bien parler de "Notre mère la guerre" - et puis il y a aussi une intrigue policière -, mais je manque un peu de temps...
Je n'ai pas lu "Coupures irlandaises", mais Un homme est mort m'avait pas mal impressionné. J'ai dû lire tous les Davodeau depuis que j'ai découvert "Les mauvaises gens" il y a quelques années...


Hannibal 19/10/2009 20:41


D'accord.
Si t'as l'occasion, lis le "Coupures irlandaises" à l'occasion, c'est sympa.
Content de voir que tu apprécie aussi Davodeau.


jeanjean 12/10/2009 21:27


je partage ton avis, Tranchecaille est certainement son roman le plus abouti.
Tu parlais de Tardi, et je pense à une BD qui vient de sortir et se déroule aussi pendant la Grande guerre. Elle s'appelle Notre mère la guerre (elle est de Kris), et c'est un premier tome...
Dessin, scénario, tout est bon.


Hannibal 14/10/2009 01:36


Oui, j'ai vu ça, elle me tente bien, je vais essayer de me la procurer.
J'aime bien ce que fait Futuropolis en général et Kris en particulier. J'ai apprécié Coupures irlandaises et plus encore Un homme est mort (avec le grand Davodeau). Si tu ne les as pas lus, je te les conseille (surtout la seconde donc).
Si tu me dis que tout est bon dans le dernier Kris, je présume que tu l'as lu. Pourtant, rien sur ton blog. Je sais que tu as la rubrique polarabulle mais tu n'y parle que de BD "noires". Si tu
hésite à créer une rubrique concernant la BD blanche (on va l'appeler comme ça), je t'y incite puisque ça pourrait intéresser pas mal de tes lecteurs, je pense.