Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Sur les nerfs / Larry Fondation

4 Octobre 2012 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar américain

Sur les nerfs, écrit en 1994 mais seulement publié en France cette année (par Fayard), est le premier roman de l'Américain Larry Fondation.

 

http://polars.pourpres.net/img/uploads/sur_les_nerfs_larry_fondation_fayard.jpgRésumé

Ou pas... (voir ci-dessous)

 

Mon avis

 

Bien difficile de résumer cette histoire qui n'en est pas une mais plutôt une multitude. Au fil des quelque cent-vingt pages qui composent ce texte pour le moins atypique Larry Fondation nous propose des instantanés : de quelques pages, de quelques lignes, parfois même de quelques mots ne formant pas même des phrases. Ce faisant, l'Américain plonge le lecteur dans le côté obscur de Los Angeles, lui faisant voir au ras du bitume la vie de nombre d'habitants des classes populaires et plus défavorisées encore, à mille lieues des stars et des cocotiers des cartes postales.

Tenant parfois presque autant de la photographie ou de la sculpture que du roman, ce texte expérimental – qui est aussi le premier roman de l'auteur, écrit il y a près de vingt ans – ne se donne pas à lire facilement. Pourtant, après quelques pages, le pli est pris et l'on observe avec curiosité cette galerie de personnages que nous donne à voir Larry Fondation. Chacun d'eux est pris dans le tourbillon de la vie, frôlant la mort ou l'amour, espérant une plus belle existence et essayant de l'atteindre, sans toujours prendre le plus droit chemin.

 

Une expérience de lecture des plus étonnantes.

 


 

Sur les nerfs (Angry Nights ,1994) de Larry Fondation, Fayard (2012). Traduit de l'américain par Alexandre Thiltges, 117 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pierre FAVEROLLE 04/10/2012 11:23

Salut Hannibal, trop hermétique pour moi.

Hannibal 12/10/2012 15:32



Salut Pierre,
C'est vrai qu'il est pas facile d'accès ce texte.
J'ai eu un peu de mal au tout début et puis ça l'a fait.