Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Primal / Robin Baker

9 Mai 2011 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar anglais

Primal est un roman de Robin Baker, biologiste anglais spécialiste de l'évolution. Il a été publié en France par Lattès en janvier dernier.

 

 

Primal.jpgRésumé

 

Juin 2006.
Neuf étudiants et cinq salariés de l'Orwellian University de Manchester partent pour une expédition d'un mois sur une île déserte du Pacifique sud. L'opération est dirigée par le professeur Raúl Lopez-Turner, un primatologue de renommée mondiale, régulièrement invité sur les plateaux télé pour parler de biologie et des comportements animaux.
Un mois plus tard, aucune nouvelle des quatorze voyageurs, qui semblent s'être volatilisés. L'enquête conclut rapidement à un naufrage sans survivants.
Pourtant, plus d'un an après les faits, un paquebot recueille deux des étudiants, dérivant sur un bateau de fortune, nus et inconscients, bien loin de l'île où ils étaient supposés se trouver. Grâce aux indications des deux jeunes, huit autres personnes sont retrouvées. Mais il reste de nombreuses zones d'ombre. Que s'est-il passé sur l'île ? Et qu'est-il arrivé aux quatre personnes manquantes ?

 

 

Mon avis

 

« Dépouillé de tout, comment vous comporteriez-vous au paradis ? Sacrifieriez-vous votre intérêt personnel pour aider à fonder une société morale, bienveillante et solidaire ? Seriez-vous disposé à partager votre nourriture, votre espace – voire votre partenaire amoureux – pour désamorcer les conflits et favoriser l'harmonie ? Et même si vous y parveniez, comment géreriez-vous ceux qui, au sein de votre groupe, en sont incapables ? Ceux qui sont plus jaloux, plus rancuniers, plus possessifs et plus agressifs que vous ? »

 

Ultra-médiatisés à leur arrivée, les survivants sont interviewés à plusieurs reprises. Pour certains observateurs, leurs propos sont étranges, voire suspects. Comme si les dix naufragés s'étaient entendus avant leur retour sur la version à servir aux médias. Le narrateur, collègue et grand ami de Lopez-Turner, ne croit pas une seconde à cette histoire officielle que les survivants lui ont demandé d'écrire, sous forme d'un livre en la mémoire du Professeur, mort sur l'île. Pour lui, cette volonté unanime du groupe de tenir le même discours à la virgule près cache forcément quelque chose. De plus, certains passages de la version officielle posent des questions, à propos desquelles les survivants refusent d'en dire plus. Persuadé qu'ils veulent cacher la vérité pour des raisons connues d'eux seuls et vraisemblablement peu avouables, Robin Baker décide d'enquêter lui-même, quitte à se mettre les rescapés à dos.


Robin Baker, oui, car l'auteur n'hésite pas à faire de lui-même, ou plutôt d'un lui fictif, le personnage-clé de son roman. Comme lui, le narrateur est un éminent professeur anglais vivant en Espagne, un spécialiste de la biologie sexuelle et de l'évolution.
Dans le cadre de son enquête, il fait rapidement la connaissance d'Ysan, la seule rescapée encline à lui en raconter davantage. Grâce aux témoignages de l'étudiante, Robin Baker se fait une petite idée sur ce qui s'est vraiment passé sur l'île. Arrivés avec juste de quoi tenir un mois dans des conditions décentes, les naufragés ont vite été livrés à eux-mêmes et confrontés à de nombreuses difficultés. Bien qu'Ysan lui ait appris de nombreuses choses, le narrateur se rend bien compte qu'elle ne lui dit pas tout. Lorsqu'il insiste sur certains points, il met la jeune femme mal à l'aise, à tel point qu'elle craque et décide subitement d'arrêter toute collaboration. Peu à peu, et grâce à quelques preuves matérielles, Robin Baker découvre avec effroi ce qui s'est réellement passé sur l'île.

 

« Elles n'étaient pas des hommes, leur ai-je rappelé. Alors pourquoi se comporter comme eux ? Les hommes sont tous des idiots. Ils ont trahi, se sont battus, ont kidnappé, blessé, violé – et pire. Toutes ces tensions, ce stress et ces haines... Ils ont transformé le paradis en enfer. Mais au moins, ils ont une excuse – ce sont des hommes et c'est plus fort qu'eux, du moins aussi longtemps qu'ils auront des couilles. Aby et Ysan n'ont pas cette excuse. Ce sont des femmes – notre seul espoir de paix et d'équilibre mental. Qu'importe maintenant laquelle des deux est la plus jolie, la plus intelligente, ou aura la carrière la plus brillante ? [...] Laissez les hommes continuer leurs jeux arrosés de testostérone, leur ai-je dit. C'est à nous, les femmes, de montrer ce que c'est vraiment que d'être humain. »


Robin Baker, le vrai, est surtout connu pour ses recherches sur le comportement sexuel des humains (on lui doit notamment le célèbre essai Sperm Wars : les secrets de nos comportements amoureux). Comme Lopez-Turner, il voudrait bien savoir ce que peut devenir un groupe d'humains retenus sur une île déserte, sans abri, sans espoir d'être secouru et bientôt sans vêtements. L'homme retourne-t-il à l'état sauvage ? Redevient-il un homme préhistorique ? Son comportement est-il alors plus proche de celui du gorille, de l'orang-outan ou du bonobo ? C'est à ces nombreuses questions que répond à sa façon l'auteur dans cette fiction qu'est Primal. Se basant sur les résultats de ses nombreuses recherches, il nous fait voir une autre facette de l'humain, effrayante à bien des égards. Effrayante... car crédible.

« Si vous voulez voir ce que valent les êtres humains, rendez-les à l'état sauvage. Forcez-les à vivre nus parmi les singes. Ce que vous verrez ne plaira pas, mais peut-être comprendrez-vous alors que la société moderne n'est qu'une façon de nous dissimuler à nous-mêmes notre véritable nature. Vous verrez à quel point il s'agit d'une construction fragile. »

 

Essai de vulgarisation et d'anticipation scientifique par certains aspects mais aussi riche en suspense et en rebondissements, Robin Baker nous propose un roman étrange mais plutôt convaincant au final. S'il importe de savoir ce qui est advenu aux différents personnages, le sujet principal de Primal est avant tout le comportement humain, et notamment sexuel – certaines scènes sont d'ailleurs assez crues – dans ces conditions particulières imaginées par l'auteur, où l'individu n'est plus régi par la plupart des interdits sociaux habituels.

 

 


 

Primal (Primal, 2009) de Robin Baker, Lattès (2011). Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Denyse Beaulieu, 400 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Bruno 11/05/2011 08:30


Ah non autant pour moi, il est paru en janvier 2011 autant pour moi, je remballe ce que j'ai dis juste avant !^^ Mais bon, je le lirai bien celui ci!


Hannibal 12/05/2011 17:47



Oui, 2009 c'est la parution en VO. Pas de date pour la sortie poche pour l'instant. J'essaierai de penser à te tenir au courant quand j'en saurai plus.



Bruno 11/05/2011 08:29


voilà un bouquin dont je ne connaissais même pas l'existence ! en tout cas la trame m'a l'air pas mal, j'ai envie d'en savoir plus, donc de le lire. Sais tu si depuis il est sorti en poche car tu
indiques que sa parution remonte à 2009? Amitié


Hannibal 12/05/2011 17:46



Non, il n'est pas sorti en poche.