Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Nouvelles d'Écosse / Laura Hird

17 Janvier 2013 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Nouvelles noires

Nouvelles d'Écosse (Hope) est un recueil de nouvelles de Laura Hird publié en français en 2012 par les éditions 13e note.

 

http://polars.pourpres.net/img/uploads/51BbHolbM2L.jpgRésumé

Un homo un peu paumé s'installe chez une riche dame qui pourrait être sa mère. Une femme se réveille avec un ado dans son lit et aucun souvenir de la soirée de la veille. Un fan de foot perd son meilleur ami supporter dans un accident de voiture et se rend à son enterrement. Une jolie femme adore rendre les hommes complètement dingues. Une adolescente est prête à tout pour qu'un photographe réputé lui tire le portrait. Une jeune femme se retrouve sans affaires dans un endroit inconnu sans aucune idée de comment elle est arrivée là.

 

 

Mon avis

 

« De toute façon, elle ne l'aimait pas. C'était juste un connard qui lui payait des verres, la laissait conduire sa bagnole et le traiter comme de la merde. La simple idée qu'elle avait failli s'installer avec ce débile la faisait se réjouir de son absence. Elle espérait qu'il soit mort. Jetant un coup d'oeil vers le type auquel elle avait demandé l'heure, elle vit qu'il la matait toujours en souriant. Elle lui rendit son sourire. Édimbourg était plein de trous du cul névrosés n'attendant qu'une seule chose : qu'on les maltraite. »

 

Voilà quelques-uns des points de départ des onze nouvelles qui composent ce recueil. Hope, la première d'entre elles (et qui donne son titre au recueil en anglais), est de loin la plus longue, avec ses 70 pages – les autres nouvelles font 10-20 pages. Elle raconte la vie d'un homme perdu dans sa vie, qui n'a aucun projet à part se prendre une nouvelle cuite. Il tombe par hasard sur une vieille dame, Hope, veuve et richissime, qui accepte de l'héberger gracieusement. Une complicité naît rapidement entre eux. Dans cette nouvelle comme dans les autres, Laura Hird dresse un sombre portrait d'Édimbourg, où personne n'est épargné par les malheurs de la vie, du bobo à l'adolescente sans le sou. Alcoolisme, solitude, mort, sexualité, folie, etc. : l'auteur ne connaît pas les sujets tabous, et c'est tant mieux.

 

« Le pasteur, une femme, nous fait un petit speech à propos de Ronnie, le même qu'elle doit prononcer douze fois par jour. Comme aucun d'entre nous n'a été contacté, il n'est question que de travail, famille, patrie et bonnes mœurs. À l'entendre, on croirait qu'il était mormon, le mec.
On prie, puis on fait semblant de chanter un hymne que personne n'a l'air de connaître. Il n'y a pas de livret de chants au fond de la salle, ce qui rend la chose encore plus ridicule. Qu'est-ce que toutes ces simagrées ont à voir avec Ronnie ? Ils feraient mieux de passer Rod Steward ou Stevie Wonder. On devrait tous entonner un chant des Hearts – enfin je sais pas, quelque chose qu'il aimait, non ? Ronnie ne croyait même pas en Dieu. Qui y croit encore, d'ailleurs, à part quelqu'un comme Bono ? »

 

Un peu à la manière d'un photo-reporter, elle observe tout ce beau monde sur le terrain, au ras du bitume, et nous livre ses observations sous le nez, sans artifices, avec un réalisme exacerbé et parfois dérangeant. Quelques nouvelles, inintéressantes, ne resteront pas dans les mémoires. Heureusement, la plupart d'entre elles valent le détour, pour leurs personnages ou leur chute.

Le moins qu'on puisse dire c'est que les nouvelles de Laura Hird ne sont pas roses. Mais la vie l'est-elle ? Un sombre recueil, à éviter avant de partir en Écosse si vous n'avez pas d'assurance annulation.

 


 



Nouvelles d'Écosse (Hope, 2006), de Laura Hird, 13e note éditions (2012). Traduit de l'anglais (Écosse) par Alain Defossé, 234 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article