Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Même pas Malte / Maïté Bernard

22 Février 2010 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Même pas Malte est une aventure du Poulpe signée Maïté Bernard, jeune écrivain récompensée dès son premier roman, Fantômes, paru à la Série Noire en 2002. En effet, elle avait inscrit en 2003 son nom au palmarès du Prix du Meilleur Polar Francophone de Montigny, entre Fred Vargas et Yasmina Khadra, excusez du peu !


Même pas MalteRésumé

Neuf ans après l'avoir fréquentée dans Le vrai con maltais – un Poulpe de Marcus Malte – Gabriel retrouve Brigid Waterford dans les pages faits divers de son journal. La belle rousse a découvert en plein Toulon le corps d'une sublime jeune femme, tenant entre ses jambes Au phare d'Alexandrie, un vase afghan antique d'une très grande valeur. Comment expliquer la mort de la demoiselle ? Et pourquoi avoir laissé auprès du corps une œuvre d'art inestimable ? Brigid entraîne Gabriel à sa suite pour le découvrir...


Mon avis

Généralement amateur des enquêtes du célèbre céphalopode je n'ai pas été déçu par cet épisode, assez atypique néanmoins, comme nous allons le voir.

« Même dans une foule aussi compacte, il aurait été impossible de la rater. D'abord, Brigid se tenait devant la vitrine où était exposé le vase dit Au phare d'Alexandrie. Ensuite, elle était aussi rousse, fine et jolie que neuf ans auparavant. Enfin, au-dessus des ballerines et du jean, elle portait un tee-shirt noir moulant sur lequel on pouvait lire « Contient peut-être un vrai chef-d'oeuvre ». Pour la première fois depuis longtemps, le Poulpe avait souri. [...] C'était monté peu à peu. D'abord il était allé au salon de coiffure de Chéryl. Elle était avec deux clientes, une sous son casque, l'autre au bac teinture, et elle n'avait pas pu lui parler, mais il avait lu l'inquiétude dans son regard. Il n'aurait jamais dû dire « je venais te prévenir que j'allais au musée ». Depuis quand aller au musée était-il si dangereux qu'il faille prévenir ? »

Ce deux-cent-soixante-troisième épisode des aventures du Poulpe fait la part belle au psychisme de Gabriel. En début de roman notre mollusque préféré se morfond, si bien que ses proches craignent la dépression. Son moral va aller s'améliorant dès lors qu'il aura retrouvé Brigid. Chéryl a du souci à se faire, d'autant plus que la pétulante rousse propose au Poulpe de l'accompagner en Espagne, ce qu'il finit par accepter comme vous pouvez vous en douter.

Dès lors, Maïté Bernard fait voyager ses personnages – tout comme ses lecteurs – à travers l'Europe, pérégrinations rendues très agréables par son écriture raffinée. De Barcelone à Londres, elle décrit avec aisance ces lieux qu'elle semble bien connaître. De même, le Poulpe va devoir découvrir le monde de l'art antique pour les besoins de l'enquête, et l'auteur, alliant travail de documentation solide et plume aiguisée, parvient à nous y intéresser sans peine. L'enquête de nos deux compères suit parallèlement son cours, plus complexe qu'elle n'y paraît au premier abord.

« Puis s'adressant à Gabriel, il ajouta :
- Vous parlez anglais ?
Le Poulpe pensa qu'il connaissait par coeur les paroles de « Fall in Love with Me » d'Iggy Pop, d'une poignée de chansons des Sex Pistols et d'une pincée de celles des Stones. Puis il se demanda s'il y avait assez de mots dans ces airs-là pour qu'il sache demander son chemin, commander une  bière, dire à une femme qu'elle était jolie, et considérant qu'il n'était pas sûr de disposer de ce strict essentiel, il répondit gravement :
- Non. »


Maïté Bernard nous offre avec Même pas Malte un Poulpe divertissant, fidèle à la fameuse bible de la série – ton humoristique, aventures, etc. – mais également très personnel dans le propos, l'auteur ayant pris des libertés avec la vie intime de Gabriel.



Même pas Malte de Maïté Bernard, Baleine/Le Poulpe (2010), 185 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

alain 24/02/2010 20:44


Oui, beaucoup aimé. J'espère aussi pour le Poulpe. J'ai acheté celui de Marin Ledun


Hannibal 24/02/2010 20:49


Je verrai ça alors...
Je lirai aussi le Singe en Isère puisque j'aime beaucoup le travail de Marin Ledun.


alain 23/02/2010 17:41


J'ai beaucoup aimé ce poulpe que j'ai trouvé très original. J'aime bien l'univers de Maité Bernard


Hannibal 24/02/2010 20:42


Pareil, et je poursuivrai sûrement la lecture des romans de Maïté Bernard. Je viens d'ailleurs d'acheter son Série Noire, Fantômes. Tu l'as lu ?

En espérant seulement que ce ne soit pas l'un des derniers Poulpe...