Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Les ombres de Chicago / Linnet Burden

7 Août 2010 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar américain

Les ombres de Chicago est le premier roman de Linnet Burden, une Américaine journaliste de profession.
Il est à noter que ce roman, écrit en anglais (sous le titre Cheap) n'a à ma connaissance jamais été édité outre-Atlantique. C'est donc en France qu'il a été édité, par Payot, avant d'être repris en poche par Le livre de poche qui l'a sélectionné pour son Prix des lecteurs 2010.

 

 

ombresdeChicagoRésumé

Dans un ghetto noir de Chicago, une partie de poker dégénère en bagarre et fait un mort, mais étrangement, personne ne semble savoir qui l'a tué.
Cassy Cruz, une jeune journaliste d'origine portoricaine, suit l'affaire pour le Chronicle. Comme la police, elle aimerait bien mettre la main sur Shorty Mac, qui serait apparemment le seul témoin du drame. Le hic, c'est que l'homme semble s'être évaporé.
Cette histoire lui semblait déjà louche, mais lorsque Cassy apprend que l'un des premiers policiers arrivés sur les lieux n'était autre que Martin Hatten – une vieille connaissance ayant  notoirement menti pour conduire l'un de ses amis d'enfance en prison – elle décide de tout faire pour que la vérité éclate.

 

 

Mon avis

Les ombres de Chicago m'a intrigué d'entrée en raison de son parcours éditorial pour le moins atypique (si je n'avais pas la manie de chercher l'éditeur original quand je lis des traductions je n'aurai rien remarqué, mais j'ai quelques tics de lecture... ).
Concernant l'auteur, même sans le savoir, il n'eut pas été difficile de deviner sa profession tant cela est flagrant à la lecture de son oeuvre, et ce aussi bien dans sa manière d'écrire que dans le choix de ses personnages. Linnet Burden a côtoyé les tribunaux en tant que journaliste d'investigation, puis a pas mal bourlingué en tant que grand reporter, couvrant plusieurs conflits majeurs (Guerre de Bosnie, première guerre du Golfe)...
Officiant pour le compte du Chicago Tribune, elle connaît la ville venteuse comme personne et n'en a pas fait le cadre de son roman pour rien. Quartiers populaires, salles de rédaction, commissariats, morgue : nul doute que l'auteur a arpenté ces lieux qu'elle dépeint avec talent et précision.

« - Ecoute Cruz, ça se passe à Englewood. (C'était un quartier pauvre et essentiellement afro-américain.) Ils veulent un truc court pour l'intérieur de la deuxième section.
- L'intérieur ? Tu es dingue ou quoi ?
- J'ai fait ce que j'ai pu. Tu connais la règle : un Blanc égale onze Noirs et égale dix-sept Portoricains.
Cassy avait déjà entendu Brady lui réciter la « règle ». Il l'avait évoquée en plaisantant, histoire de montrer qu'il désapprouvait. Mais il l'avait quand même citée. Ses chiffres variaient à chaque fois, passant d'un Blanc pour douze Noirs et quinze Portoricains ou dix-huit pour vingt et un, mais le principe, lui, demeurait. »

Ce n'est pas non plus par hasard que le personnage principal, Cassandra Cruz (dite Cassy), exerce la même profession que Linnet Burden. Cassy est une femme de caractère. Farouchement déterminée, on pourrait croire que l'adage « quand on veut on peut » a été inventé pour elle. Malgré son origine portoricaine modeste et son absence de diplôme universitaire, elle a réussi à trouver une place puis à gravir les échelons au sein d'un grand quotidien de Chicago. C'est grâce à sa paie que vivent sa mère, sa soeur, ainsi que les trois enfants de cette dernière. Pugnace comme jamais lorsqu'elle enquête, mieux vaut ne pas se trouver sur sa route.

« - Vous voyez ça ? Deux fusillades, une agression à coups de couteau, un gamin qui se défenestre, tout ça hier soir. Dans les cellules, l'électricité a encore lâché et le toit fuit. Nos prisonniers sont dans la flotte et dans le noir et je dois me faire chier à tenir les comptes des cabots sans laisse ! Ils sont malades ou quoi, au quartier général ?
- Le maire a envoyé un mémo...
- Le Titanic coule, hurla le commandant, et on arrange les transats sur le pont ! »

Linnet Burden signe avec Les ombres de Chicago un (premier) roman noir réussi et fort prometteur. Les descriptions réalistes de Chicago, la grande sincérité des personnages et des questionnements moraux fort intéressants compensent largement une intrigue pauvre en surprises.

 


 

Les ombres de Chicago (Cheap, 2009) de Linnet Burden, Payot (2009). Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Lorraine Darrow, 400 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article