Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Le koala tueur / Kenneth Cook

23 Décembre 2009 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Littérature étrangère

Le koala tueur : et autres nouvelles du bush, est comme son sous-titre l’indique un recueil de nouvelles, et plus précisément le premier des trois que l’auteur australien Kenneth Cook (1929-1987) a consacré au bush. Il en contient plus exactement quinze, dont celle concernant le fameux koala tueur bien sûr.


koalatueurRésumé

Avec ses redoutables crocodiles, ses excentriques mineurs d'opales, ses koalas féroces et ses cochons sauvages assoiffés de sang, l'impitoyable bush australien reste un territoire indompté. Et ce n'est pas Kenneth Cook qui aurait pu le soumettre ! Pour ce qui devait être l'un de ses plus grands succès de librairie, Cook a réuni peu avant sa disparition ces histoires courtes toutes plus hilarantes les unes que les autres, inspirées par ses tribulations à travers l'Australie. D'après lui, chacune de ces quinze rencontres avec la faune sauvage et ses frissons inattendus s'est déroulée comme il le raconte ici ; mais jamais il n'aurait osé les incorporer à ses romans tant elles paraissent incroyables. Et c'est précisément parce qu'elles sont tout à fait véridiques qu'il n'attendait pas qu'on le croie ! Dépaysement garanti, dans un grand éclat de rire.


Mon avis

« Je finis par comprendre qu’il n’y avait aucun intérêt à ce que je garde moi-même la tête sous l’eau. C’est évident, me direz-vous en me trouvant un peu long à la détente, mais je parie que vous ne vous êtes jamais personnellement trouvé submergé dans une mare du bush entre les griffes d’un koala furieux et que vous êtes donc mal placé pour juger des difficultés à réfléchir intelligemment dans ce genre de circonstances. »

Je vous le dis tout de suite, je ne me souviens pas avoir autant ri en lisant un recueil de nouvelles. Chaque nouvelle est assez courte (à peine une dizaine de pages en moyenne) mais toujours aussi efficace.
Bien que le schéma narratif soit toujours plus ou moins le même on ne se lasse pas de ces nouvelles. Un narrateur –  qu’on pourrait assimiler à l’auteur – nous raconte son aventure, ou plutôt sa mésaventure car il s’agit rarement d’heureuses situations même si elles prêtent à rire (pour qui ne les vit pas seulement). Cook a d’ailleurs semble-t-il toujours affirmé que ses nouvelles du bush étaient des histoires vécues par lui, mais tellement invraisemblables qu’il ne pouvait pas les insérer dans un roman, et que c’est pour ça qu’il a fini par en faire des nouvelles. Si on peut le croire pour certaines de ces histoires, on a du mal à imaginer Cook vivant tous ces déboires. En même temps, on se dit aussi que pour imaginer des scènes aussi délirantes, il faut les avoir vécues !
La plupart de ces courtes histoires mettent en scène la faune australienne dans ce qu’elle a de plus sauvage. Il est vrai qu’elle se prête davantage que celle de nos contrées à des histoires extravagantes.

Alors que la faiblesse des recueils est généralement le déséquilibre qualitatif des différentes parties qui le compose, celui-ci ne comporte pas à mes yeux de nouvelles faibles, même si certaines ont eu ma préférence, ou pour leur humour ou pour la qualité de leur chute. Je pense notamment au fameux Koala tueur mais aussi à L’or noir ou à Tours de chameau : cinq dollars.

En plus de son écriture imagée et de son humour, l’un des grands points forts de Cook dans ces nouvelles est de ne laisser aucun répit à son lecteur du début à la fin, notamment en entrant directement dans le vif du sujet. Ses premières phrases sont à mes yeux des modèles d’efficacité, qui accrochent d’emblée le lecteur.
Pour vous convaincre de lire ce recueil, en voici quelques unes. A vous de deviner à quelles nouvelles elles correspondent grâce à leur titres.

« Je n’aime pas les koalas. Ces sales bêtes, aussi hargneuses que stupides, n’ont pas un poil de gentillesse. Leur comportement social est effroyable – les mâles n’arrêtent pas de se tabasser ou de voler les femelles de leurs semblables. […] Leur fourrure est infestée de vermine. Ils ronflent. Leur ressemblance avec les nounours est une vile supercherie. Il n’y a rien de bon chez eux. Sans parler du fait qu’un jour, un koala a essayé de me jouer un tour pendable. »

« L’un des mythes répandus sur l’Australie, c’est qu’elle n’abrite aucune créature dangereuse, hormis les crocodiles, les serpents et les araignées. C’est faux. Il y a aussi des Aborigènes et des chameaux. »

« Parmi mes nombreux défauts, je suis affligé de l’incapacité de distinguer les personnes saines d’esprit des fous à lier. Peut-être la différence est-elle minime, peut-être suis-je moi-même légèrement demeuré. »

Pour vous mettre en appétit, voici la liste exhaustive des nouvelles : Alcool et serpents ; La vie sexuelle des crocodiles ; Le koala tueur ; Cent canettes ; Vic, montreur de serpents ; Actifs liquides ; Quelques spécimens intéressants ; Tours de chameau : cinq dollars ; Cédric le chat ; Le cochon furibond ; L’or noir ; Le chien qui aimait les animaux ; Le mineur fou ; Rencontre du type corallien, et enfin, Six taïpans.
Au fil des nouvelles on croisera des montreurs de serpents alcooliques ou insouciants, quelques piliers de comptoir, un éléphant constipé, un chat féroce, un chien trop bien dressé, des serpents plus dangereux les uns que les autres, des Aborigènes qui ont de la ressource, et bien d’autres.

Pour conclure disons que ce recueil pris un peu par hasard en bibliothèque – pour le titre intriguant surtout – m’a vraiment convaincu et fait beaucoup rire. Une des belles surprises de 2009 pour moi.
La suite des nouvelles du bush sera à lire dans le second recueil, La revanche du wombat, qui paraîtra début février prochain. Toujours chez Autrement, vous trouverez aussi les romans de l’auteur (et si c’est aussi bon il va falloir que je m’y mette !). Bonne découverte et surtout, bonne rigolade !



Le koala tueur
(The Killer Koala, 1986) de Kenneth Cook, Editions Autrement (2009). Traduit de l’anglais (Australie) et postfacé par Mireille Vignol, 154 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

A_girl_from_earth 19/02/2010 01:32


J'ai adoré aussi, ce recueil est vraiment une petite bouffée d'air pur mêlée de gaz hilarant! J'aime beaucoup ton billet à ce sujet.


Hannibal 19/02/2010 02:03


Merci, ravi de voir que ce recueil désopilant fait de nouveaux adeptes !


Brume 16/01/2010 18:46


Je suis actuellement en train de le lire, sur les conseils d'un ami. "A coups redoublés" me tentait bien aussi.


Hannibal 21/01/2010 22:23


Bonne lecture alors ! Je me suis vraiment bien amusé à lire ce recueil de nouvelles.
Je note la référénce, merci !