Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Le Cinquième clandestin / Marin Ledun

19 Octobre 2009 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Le Cinquième clandestin est le troisième roman de Marin Ledun. C’est aussi la 4e enquête de Mona Cabriole que nous propose les éditions La Tengo.


Résumé

Paris, 100 rue Mouffetard : quand une jeune femme se jette du cinquième étage, un bébé dans les bras, personne n’a rien vu, tous se taisent. Tous, sauf Mona Cabriole. Pourquoi un tel geste de désespoir ? Et que cachent les sous-sols de cet immeuble géré par des marchands de sommeil ? La journaliste de Parisnews devra descendre dans les profondeurs de la ville et se baigner dans les eaux d’un fl euve oublié pour aller ausculter les limites de la soumission. Les hurlements qu’elle y entend sont-ils ceux des battles punk-rock organisés dans les soubassements, ou bien proviennent-ils de voix que l’on voudrait étouffer ?

« Mona Cabriole. 20 arrondissements, 20 auteurs, 20 romans. Une collection de polars rock au cœur de Paris. »


Mon avis

J’avais découvert l’œuvre de Marin Ledun avec son excellent premier roman, Modus Operandi, puis ai poursuivi avec le second, Marketing viral, très au-dessus de la moyenne également.

« De la viande facile, de la viande gratuite, de la viande jeune, et surtout, de la viande constamment renouvelable. En se durcissant d’année en année sous l’impulsion des tenants du sécuritaire et du dogme de la « tolérance zéro », les nouvelles lois sur l’immigrations ont rendu la vie des prétendants à l’émigration de plus en plus hasardeuse. Hommes et femmes son livrés à la merci de tous les salauds prêts à tout pour du fric et du bon temps. Et les femmes sont évidemment celles qui subissent les pires attaques. La triple peine pour les sans-papiers en robe. Clandestines en France, répudiées dans leur pays d’origine, et livrées aux ordure de tout pays pour payer la dette séculaire de la connerie humaine. »

On retrouve dans Le Cinquième clandestin le rythme que sait insuffler l’auteur à ses histoires, qu’il devient vite difficile d’arrêter en chemin. Celle-ci, de par sa taille (moins de 160 pages), se lit vraiment d’une traite.
On sent que ce format imposé (il s’agit d’une collection, avec un cahier des charges bien précis imagine-t-on) limite également l’auteur. Les sujets du roman – les travailleurs clandestins, les marchands de sommeil, …  – sont vraiment intéressants et bien traités. Mais il y avait là justement à mon sens matière à faire un roman noir beaucoup plus abouti, certaines pistes étant effleurées sans pouvoir être approfondies, dommage.

« Tout le monde ment.
« Même Louis, même moi. »
Secrets de famille, désirs inassouvis, rancoeurs, regards envieux, petites histoires dans la petite histoire, quotidien des silences coupables.
Tout le monde se connaît et tout le monde ment.
Pour la bonne cause, par jalousie ou par envie. Parfois les trois, souvent une seule de ces raisons suffit.
Le mensonge pour ne pas avoir à regarder la vérité en face.
Pour ne pas s’avouer qu’il y a soi et les autres.
Tout le monde ment, tout le monde ment.
Une fois, deux fois, trois fois, souvent, tout le temps, tous les jours. Parce que c’est nécessaire, parce qu’il faut sauver la face, par peur, pour vendre ou pour acheter. […]
« Tout le monde ment, même moi. »
Devant la glace au réveil, au boulot pour lutter contre sa solitude, aux amis pour continuer à leur faire croire que tout va bien, tout va bien, tout va bien.
« Même moi. » »

Le personnage de Mona Cabriole est récurrent à cette collection que je découvre avec ce titre (un peu à la manière du Poulpe) et n’a donc pas été imaginé par l’auteur. Cependant ce dernier parvient sans peine à faire vivre cette jeune journaliste parisienne et à y intéresser le lecteur, en lui donnant accès à ses réflexions notamment.
« Polar et Rock’n’roll » est le leitmotiv de cette série. Alors forcément, la musique est très présente dans le roman, ici plutôt du punk rock, avec de nombreuses références tout au long de l’enquête de Mona, qui a elle aussi, comme cette musique, un caractère bien marqué.
Autre composante du concept de la collection, les arrondissements parisiens, et ici (vous l’aurez compris sans doute) le Cinquième plus particulièrement, bien décrit par un auteur qui l’a très vraisemblablement arpenté en tous sens.
L’intrigue à laquelle est confrontée Mona Cabriole est intéressante, bien menée, avec quelques rebondissements, mais peut-être la fin est-elle un peu convenue (disons que Marin Ledun nous avait habitués à des dénouements plus renversants).
A signaler dans ce roman – comme dans les autres titres de cette collection d’ailleurs – quelques « bonus » appréciables en fin d’ouvrage. Une carte de l’arrondissement en question, sur laquelle on peut aisément suivre les déplacements des personnages, les lieux qu'ils visitent... (je trouve ça sympa pour les non-Parisiens, dont je suis), et la BO du roman, pour retrouver aisément toutes les références musicales, voire pourquoi pas se les écouter en lisant le roman.

Au final, ce roman m’a, comparé aux précédents, un peu déçu bien qu’il reste de haut niveau et très agréable à lire. Pour découvrir Marin Ledun, je vous conseille plutôt Modus Operandi, ou faites comme moi, attendez les prochains. Cela ne sera pas long, puisqu’on attend coup sur coup deux de ses écrits pour 2010, un Poulpe, Un singe en Isère (en février), et son entrée à la Série Noire (en mars) avec le prometteur La guerre des vanités.



Le Cinquième clandestin
de Marin Ledun, La Tengo Editions (2009), 164 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

bene 20/10/2009 08:13


Je ne connais pas du tout mais je suis plutôt intriguée, alors pourquoi pas!


Hannibal 22/10/2009 21:43


Pourquoi pas effectivement. Maintenant si tu n'as pas encore découvert Marin Ledun, commence plutôt par Modus Operandi comme je le disais.


cynic63 19/10/2009 22:31


Idem que Michel. Je m'attaque au volume de Chainas. Mais déjà, pour moi, Polar et rock and roll, ça ne peut que me parler


Hannibal 19/10/2009 23:18


Je n'ai pas encore le Chainas mais je ne manquerai pas de le lire à l'occasion.
Bon moment avec Mona Cabriole alors !


Michel 19/10/2009 22:08


Je viens de commencer la série avec 6 pieds sous les vivants, et Mika m'a conseilé celui que tu commentes ici

leur promo fonctionne, bien ;-)


Hannibal 19/10/2009 23:17


Bonne lecture alors. Je m'y mettrai sûrement dans les prochains mois.
Peut-être que leur promo fonctionne bien (je vous laisse juger). Pour ma part j'ai acheté cet épisode parce que j'aime bien ce que fait Ledun, puis celui de Laurence Biberfeld (que je lirai à
l'occasion) pour voir si les différents romans de la série se valent.