Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

King County Sheriff / Mitch Cullin

12 Mai 2011 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar américain

King County Sheriff (Branches en V.O.) est un long poème noir ou bien un court roman noir en vers libres, peu importe la dénomination...

Dans les deux cas, c'est publié par les éditions Inculte et signé par Mitch Cullin, quelque peu connu pour Tideland, roman qui fait partie comme Branches de sa Texas Trilogy et qui a été porté sur grand écran par Terry Gilliam.

 

King County SheriffRésumé

 

A.C. Branches est le shérif de King County, comté sordide qu'il qualifie lui-même de « trou de balle du West Texas ».Des cris sortent du puits de sa maison. Il s'agit de ceux du fils de sa compagne, qu'il a un temps considéré comme son propre fils. Malgré les supplications, il ne peut se résoudre à l'aider à sortir de l'eau. Et pour cause, c'est lui qui l'a poussé. C'est à un Danny terrorisé et essayant de survivre que Branches, impassible, va raconter son histoire.

 

 

Mon avis

 

« King County,

c'est 900 miles carrés

où résident 407 citoyens légaux

(seuls 52 sont pas blancs) ;

en comptant les clandos mexicains,

on peut en rajouter 100 »

 

Dès l'ouverture du livre, c'est la forme de King County Sheriff qui interpelle. Poésie ? Roman ? Peut-être tout cela à la fois ? En effet, Mitch Cullin a rédigé son texte – 134 pages dans la version française – uniquement en vers libres. Ce choix, plutôt original dans le domaine de la littérature policière, confère au récit un rythme particulier. Bien que cela paraisse plutôt déroutant dans les première pages, le lecteur se fait rapidement à cette scansion poétique qui contribue paradoxalement à accentuer la noirceur de l'ensemble.

 

« J'ai connu le garçon

qui faisait rire sa mère aux éclats.

Il faisait des cabrioles

dans le salon.

J'ai connu le garçon

au sourire comme une truite-arc-en-ciel.

Il m'appelait papa

parce que j'étais le seul père

qu'il ait jamais connu.

J'ai connu le garçon

qui faisait des bisous

à maman

et beau-papa.

Il portait un pyjama bleu Snoopy

et chouinait

quand il était fatigué.

J'ai connu ce garçon.

Je l'aimais,

je crois.

J'aurais jamais dû lui acheter

ce 9 mm.

J'aurais dû lui acheter un chien

plutôt. »

 

Le narrateur n'est autre que le shérif Branches, qui raconte son histoire tout à la fois à Danny et au lecteur. Dans ce long monologue décousu, il nous fait part de la haine qu'il ressent à l'encontre de celui qu'il avait été jusqu'à considérer comme son fils. Raciste, plus ou moins misanthrope, il nous entretient du dégoût que lui inspirent certains humains, Mexicains, Nègres et autres bootlegers. Il raconte qu'il se considère comme un justicier, qu'il est parfois pris de pulsions qu'il n'arrive pas à contrôler. Enquêtant sur une série de morts de chiens suspectes, il remarque que des Mexicains errent en ville. La conclusion s'impose à lui naturellement :

« Et c'est comme ça

que c'est rentré dans mon crâne.

Pour chaque chien mort,

un Mexicain mourra. »

 

Le lecteur sera sûrement secoué par les confessions de Branches, qui n'omet aucun détail quant à ses dérapages. Petit à petit, et à défaut de pouvoir le pardonner, on en vient presque à comprendre l'homme et les sentiments qui l'habitent, et notamment sa haine pour Danny.

 

« Le Colt Trooper MK III,

mon partenaire de choix.

Calibre : magnum 357

et spécial 38.

Action : double.

Cylindre : 6 coups,

swing out,

à éjection simultanée.

Viseur : arrière ajustable.

Finition : nickel

avec une crosse en bois de noisetier.

Poids : environ 1,2 kg.

Valeur estimée : 260$

en excellent état.

Canon : 8 pouces.

J'ai sali ce flingue une seule fois.

Et je n'ai pas cessé de le regretter depuis. »

 

Paradoxal car profondément ambivalent, le personnage du Shérif Branches, à la fois justicier et criminel, vaut à lui seul le détour. Sans aller jusqu'à affirmer que King County Sheriff est une lecture indispensable, gageons que si l'on ajoute à la force du personnage principal l'originalité de la forme choisie par Mitch Cullin, les curieux ne devraient pas être déçus par leur découverte du comté de King County.

 


 

King County Sheriff (Branches, 2000) de Mitch Cullin, éditions Inculte (2010). Traduit de l'anglais par Yoko Lacour, 134 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

heptanes fraxion 15/05/2011 11:53


je l'ai lu,je le relis,je le sirote,je le grignote et je n'ai absolument aucun avis.c'est un peu comme avec le café,l'odeur me transporte mais je deteste le goût...


Hannibal 19/05/2011 15:00



C'est vrai que c'est une lecture vraiment particulière. Ceci dit, si c'était mauvais, vous ne reliriez pas j'imagine...