Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Bazarre bizarre / Pierre Siniac

6 Juillet 2011 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Si, si, je suis encore vivant !
Nouveau boulot, beau temps, beaucoup de choses les week-ends, plage, apéro... Difficile de trouver du temps à consacrer à mon blog ces dernières semaines, et même à la lecture de manière plus générale...

Je m'y remets gentiment avec cette chronique. Ensuite, je ne promets pas des miracles par rapport à d'autres blogs (mais où trouvent-ils tout ce temps ?) mais je vais essayer de faire mieux, promis.

 

 

Bazarre bizarre est un roman de Pierre Siniac paru initialement en 1982 au Fleuve Noir avant d'être réédité par Baleine en 1998. C'est cette dernière édition que j'ai eu entre les mains.

 

 

Bazar bizarreRésumé

 

Achille Poinçon a soixante-deux ans et une vie des plus ordinaires. Employé exemplaire, il travaille depuis près d'un demi-siècle – il a commencé à quatorze ans – au Petit Bazar Français, comme beaucoup dans les environs de La Roche-Pauffière. Quelle n'est pas la surprise de celui qui est maintenant sous-chef du rayon Bricolage-Quincaillerie lorsqu'il reçoit un beau matin un drôle de courrier. La lettre n'est pas signée. Elle est on ne peut plus claire. S'il ne dépose pas un demi-million ancien à l'endroit indiqué, « une horreur sans nom sera dévoilée ». M. Poinçon n'a pas le choix : il doit payer.

 

 

Mon avis

 

Paru pour la première fois en 1982, ce roman de Pierre Siniac a été revu et corrigé par l'auteur à l'occasion de sa réédition chez Baleine en 1998. Aujourd'hui, il se lit encore très agréablement malgré un caractère quelque peu suranné, qui n'est pas sans rappeler certains romans de Georges Simenon – les descriptions d'un microcosme rural y sont aussi pour beaucoup. Le rythme n'est pas franchement soutenu mais l'intrigue est mystérieuse à souhait et parvient aisément à maintenir l'attention du lecteur.

 

« Autrement dit, Chanfier poursuivait son enquête sans toucher un rond. Seule une curiosité de flic de naissance – était-il né avec une paire de bracelets dans les menottes ? – l'empêchait de tout laisser tomber. »

 

Rapidement, on apprend que d'autres salariés exemplaires du Petit Bazar Français reçoivent eux aussi de menaçantes missives. Qui est le maître chanteur ? Et qu'ont à se reprocher ces employés modèles ? C'est ce que va tenter de découvrir Séverin Chanfier – « enquêtes en tout genre dans la probité, prix étudiés » – détective privé au Puy. Cet ancien policier qui ne s'en laisse pas compter était déjà aux affaires dans Femmes blafardes, texte qualifié de « chef-d’œuvre de l'auteur » par Claude Mesplède dans son excellent Dictionnaire des littératures policières.

 

« Il prit doucement la main de sa femme. Elle pleurait encore.

Ils n'étaient que des humbles, de très petites gens, mais – après tout – il le lui dit, et un sourire triste se dessina sur leur visage luisant de pleurs : ils avaient vécu un grand amour. Ils s'étaient rencontrés, aimés, unis grâce au Bazar. Eh bien non, ils n'avaient pas d'autre lieux, plus poétiques, à poser dans leur souvenir. Mais croyez-vous que dans des usines lugubres, dans des bureaux froids, dans des fabriques sombres ne naît pas, parfois, une lueur d'amour pour certains ?

Le monde du travail, sinistre, rigide, implacable, peut aussi – qui le croirait ? – être baigné, un beau jour, d'un rayon lumineux tel que le soleil lui-même ne peut en diffuser.

Eux, des obscurs, des gagne-petit, ils avaient connu cette chose rare, irremplaçable, cette grande féérie, la radieuse lumière de la passion. Oui, parfois, l'Amour daigne poser ses doigts doux et chauds sur l'épaule d'un moins que rien. »

 

Dans ses descriptions des petites gens – on sent qu'il a pour ses personnages une affection sincère – comme dans le ton qu'il emploie – aspects volontairement caricaturaux, humour sous-jacent – l'écriture de Pierre Siniac a bien des points communs avec celle de Pascal Garnier, autre grand du roman noir français malheureusement parti trop tôt (L'A 26, La théorie du panda ...).

Grand prix de littérature policière en 1981, auteur fort prolifique – on lui doit une soixantaine de romans et recueils de nouvelles –, Pierre Siniac est un écrivain aujourd'hui assez méconnu qui ne mérite pourtant pas de l'être. Avec Bazar bizarre, qui mêle roman noir et whodunit, il nous montre l'étendue de son talent, notamment du point de vue de l'imagination dont il fait montre. Les lecteurs auront beau se poser des questions pendant les deux cent et quelques pages qui composent le récit, gageons que bien rares seront ceux à trouver le dénouement de ce Bazar bizarre avant les derniers paragraphes.

 


 

Bazar bizarre de Pierre Siniac, Baleine (1998, édition revue et corrigée par l'auteur), 222 pages.

Roman paru pour la première fois en 1982 au Fleuve Noir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

foxy 14/01/2013 20:13

Commentaire un peu tardif mais je débute sur votre blog (voir la compil 2012) tout ça pour dire que Siniac fait parti de mon panthéon littéraire :o) si vous ne les avez pas lu allez faire un petit
tour avec "Aime le maudit" ou "femmes blafardes" ou "le mystère de la sombre zone" ou....que du bon, à l'ancienne, mitonné aux petits oignons...avec des titres pareils que dire de plus !!!!

Hannibal 15/01/2013 13:26



C'est vrai qu'il faudrait que je poursuive avec Siniac, mais comme tant d'autres auteurs. Faut trouver le temps, comme toujours.
Je connaissais déjà Femmes blafardes de (bonne) réputation. Je note les autres titres, merci.



banque en ligne 21/07/2011 16:15


j'ai lut le bouquin et j'ai vraiment beaucoup aimé pour ma part!


Hannibal 09/08/2011 23:24



Vous m'en voyez ravi !