Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Les veilleurs / Vincent Message

27 Septembre 2009 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Littérature française

Les veilleurs est le premier roman de Vincent Message, jeune auteur français de 26 ans.


Résumé

Oscar Nexus a tué trois personnes dans la rue, puis il s'est endormi sur les cadavres. Nexus est un marginal auquel son emploi de veilleur de nuit n'a donné qu'un ancrage très fragile dans la réalité. Interné dans une clinique, il est pris en charge par Joachim Traumfreund, un médecin atypique et brillant qui a participé dans sa jeunesse aux mouvements de réforme de la psychiatrie. C'est à lui et à Paulus Rilviero, un officier de police, qu'on confie le soin de tirer au clair les mobiles de Nexus et de déterminer s'il est responsable de ses actes. Afin de se consacrer à ce cas intriguant, Traumfreund transfère le criminel dans une annexe de la clinique, un bâtiment situé dans un coin de montagne que l'hiver isole peu à peu. Une fois sur place, nos deux enquêteurs découvrent que Nexus est un dormeur pathologique qui reprend nuit après nuit le fil du même Grand Rêve. Pour comprendre son crime, Traumfreund et Rilviero vont devoir s'immerger dans cet univers onirique où Nexus mène une véritable vie parallèle. Captivés par les récits du meurtrier, ils sont parfois rattrapés par le doute : comment être sûrs qu'ils n'ont pas affaire à un fabulateur ? A partir de ce fait divers, Les Veilleurs nous entraîne dans une exploration passionnante des territoires de la folie et du sommeil. Reprenant certains codes des grands thrillers hollywoodiens, l'auteur compose une fresque sur la place de l'imaginaire dans la société moderne, plus rationaliste qu'aucune autre, mais aussi fascinée par les mondes virtuels et les faces nocturnes de la réalité.


Mon avis

Lorsque chez-les-filles m'a proposé ce titre, je l'ai accepté en raison du pitch, qui m'a vraiment donné envie.
Depuis, j'ai lu quantité de critiques dithyrambiques au sujet de ce livre. Les critiques/journalistes semblent unanimes, et ce dans tout types de publications. J'ai rarement vu un tel concert de louanges pour un premier roman.
Un super pitch, des critiques excellentes : aucune raison de ne pas ouvrir ce livre avec enthousiasme, et c'est donc ce que j'ai fait.

Le tout début m'a beaucoup plu ainsi que le personnage de Nexus et son histoire.
Puis petit à petit, au fil des pages, mon intérêt s'est essouflé. L'auteur écrit, écrit, et l'histoire n'avance pas. On est tenté de sauter des pages pour voir s'il ne se passe pas quelque chose de plus intéressant plus loin. Et puis non, ça ne se fait pas. Je continue donc où j'étais arrivé. Lecteur habituellement rapide, je m'éternisais sur les pages, essayant d'en retirer la substantifique moelle, en vain. Pas effrayé par les pavés mais voyant qu'elles ne tournaient plus comme il fallait, je me suis mis à craindre ces centaines de pages qui restaient (635 pages en tout !). Aux alentours de la 150e, et malgré ma bonne volonté, je n'avançais plus, mes yeux relisant plusieurs fois la même phrase avant d'aller lorgner du côté des étagères où m'attendent nombre de lectures alléchantes. J'ai donc décidé d'arrêter là.

Bizarre, bizarre. J'en suis venu à me poser des questions. Comment puis-je ne pas apprécier un tel livre ? Suis-je normal ? Même les avis des collègues bloggeurs semblent majoritairement positifs (voir ici par exemple). En farfouillant, j'ai fini par dénicher des commentaire me rassurant quelque peu. D'autres que moi n'ont pas pu terminer ce roman qulifié de "trop bavard" (voir ici). Certains vont plus loin (je n'irai pas jusque là) allant jusq'à parler de "style pompier" et de "logorrhées insupportables" (voir le commentaire de Cugel).

Je n'exclus pas de revenir à ce roman par la suite puisqu'il n'est pas inintéressant (au contraire, j'aurai bien envie de connaître la fin) mais pour le moment je n'arrive vraiment pas à poursuivre.



Les veilleurs de Vincent Message, Seuil (2009), 635 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Véronique D 03/11/2009 17:08


Je viens de voir le récap du 1% littéraire... De mon côté, les Veilleurs, aussi reçu de Chez les filles, j'en ai lu la moitié en diagonale... Les rêves de Lexus, ça va pendant 200 pages, mais
après... La lecture rapide m'a quand même permis de comprendre les 20 dernières pages... Je ne comprends pas comment il se retrouve dans la sélection de prix littéraires...


Hannibal 08/11/2009 01:37


Au départ je n'ai vu que des critiques unanimes, même sur les blogs, puis peu à peu on s'est mis à en trouver de moins bonnes.
Finalement on est assez nombreux à être passés à côté de ce roman j'ai l'impression.
Je suis allé voir l'article sur ton blog et je vois qu'on a "craqué" au même moment, vers la 150e page, marrant.


Aurore 06/10/2009 02:56


J'ai fini L'expert & Seul le silence ces 15 derniers jours, c'était trop dur de résister! C'est un peu comme Au delà du mal, il fait des bonds sur la pile à lire...


Hannibal 06/10/2009 14:53


J'avais vu ça sur ton blog (colonne de gauche). C'est pour ça que je t'en ai parlé, d'ailleurs. Bonne lecture d'Au delà du mal alors.


Aurore 02/10/2009 18:32


Je me méfie des 1ers romans en général. Et comme parfois, en plus, le tapage est démesuré... (bon j'ai pas fini le NDiaye non plus, c'est dire!)


Hannibal 05/10/2009 22:53


Pour ma part je ne me méfie pas des premiers romans (il y en a d'excellents) mais je me méfierai désormais davantage d'un trop grand concert de louanges.
Je n'ai pas lu le NDiaye et c'est pas dans mes plans immédiats.
Par contre je viens de recevoir L'Expert et j'ai Seul le silence aussi à la maison. Reste à savoir quand je trouverais le temps de les lire.


bene 29/09/2009 21:40


je suis libraire à Paris à Del Duca. C'est vrai que les critiques font vite monter la sauce!! Je suis d'accord avec l'avis du libraire du comptoir des mots!


Hannibal 30/09/2009 21:54


Je ne connaissais pas cette librairie, mais je n'ai pas été fort souvent à la capitale. Si jamais j'ai du temps à perdre dans ce coin, je passerai visiter
D'accord avec toi concernant les critiques. Ce qui fait qu'on attend ensuite beaucoup du livre, et plus dure sera la chute, la déception sera plus importante.


Laurence 29/09/2009 15:54


J'avais laissé un commentaire ce matin, mais apparemment il a disparu dans le réseau :-D
Je disais donc que j'étais entièrement d'accord avec toi. Je l'avais acheté car j'en avais entendu beaucoup de bien avant sa sortie mais ma lecture m'a semblé désespérément longue... ;-(


Hannibal 30/09/2009 21:50


Ca m'est arrivé également. Et après il s'en trouve parfois deux ! Les voies d'Internet sont impénétrables !
Je vois que je ne suis finalement pas le seul à avoir trouvé la réputation de ce roman surfaite.