Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Les coeurs déchiquetés / Hervé Le Corre

29 Juillet 2009 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Les cœurs déchiquetés est le dernier roman noir d’Hervé Le Corre, publié par Rivages.


Résumé

Pierre Vilar, commandant de la police bordelaise, a vu sa vie imploser le jour où son fils n’est pas rentré de l’école. Dès lors, Vilar n’a eu qu’une seule obsession, retrouver Pablo coûte que coûte, dusse-t-il perdre la mère de son enfant au passage.
Non loin de là, Victor, treize ans, rentre du collège et retrouve sa mère assassinée. Débute alors pour lui une période douloureuse entre foyer et famille d’accueil.
L’enquête sur le meurtre de cette femme, c’est Vilar qui en est chargé, et les choses se gâtent lorsque le policier commence à recevoir des menaces téléphoniques…


Mon avis

« Un crime parfait ? Ils s’en croient tous capables. Ils s’imaginent qu’en ne laissant aucune trace derrière soi on disparaît pour de bon, un peu comme un gosse qui se persuade qu’on ne le voit plus parce qu’il a caché sa figure dans ses mains. »

L’auteur du multiprimé L'homme aux lèvres de saphir n’avait rien publié depuis 2006 et Tango Parano. Autant dire que ce nouveau roman d’Hervé Le Corre était attendu et le moins qu’on puisse dire est qu’il ne déçoit pas.

« Ils eurent tous les deux le geste de s’appuyer sur le capot pour reprendre leur souffle, s’ébrouant pour tâcher de secouer leur ébriété comme on chasse la poussière d’un tapis, toussant toutes les cigarettes fumées à la chaîne, en sueur dans ce soir d’été bruissant de terrasses pleines et de passants ralentis qui profitaient d’une illusoire fraîcheur alors que l’air tiède semblait aux deux flics poisseux et lourd et sordide avec au bout du trajet un cadavre et du sang, encore. »

Les principaux protagonistes de ce roman sont sans surprise des personnes en proie aux plus terribles souffrances intérieures. Enfants détruits par la vie, femmes seules ayant connu l’enfer, et jusqu’au personnage principal, le commissaire Vilar, ces cœurs déchiquetés sont rendus avec une grande humanité par la très belle plume de l’auteur. Et malgré la grande noirceur de ces vies, l’espoir semble encore avoir droit de cité, celui qui fait survivre, à défaut de faire vivre.

«-    T’as l’air en forme, dis donc. La toubib du Samu est restée te prodiguer des soins urgents, ou quoi ?
Il s’assit lourdement sur une chaise et réclama du café.
-    Toi, en revanche, t’as pas l’air très frais. C’est toi qui aurais besoin de soins.
-    Trop picolé, trop fumé, trop gambergé. J’ai dû m’endormir vers sept heures du mat. Je pioncerai davantage quand je serai mort.
»

Par ailleurs, les descriptions de Bordeaux et du Médoc sont très réussies – Le Corre est bordelais, ça aide – et le travail sur les dialogues, particulièrement entre policiers (voir ci-dessus), est appréciable.
Hormis quelques rebondissements assez prévisibles, il n’y a pour ainsi dire rien à reprocher à ce roman de grande qualité littéraire – l’auteur est aussi professeur de lettres. Voyez par exemple ce passage sur l’autopsie qui m’a scotché (si je veux écrire ça un jour, y a encore du boulot !).

« La sollicitude farfouilleuse et inquisitrice du médecin, cette chirurgie chargée de démonter le cadavre, finissait dans son horreur même par faire oublier la mort : ce corps sondé, morcelé par le bistouri jusque dans ses replis les plus secrets n’était plus une personne décédée mais un inventaire anatomique. Une terrifiante nomenclature. Vilar ne croyait à aucun au-delà ni entité surnaturelle, mais il lui semblait soudain que le mort n’était plus là, avait échappé à son cadavre mis en pièces, alors même que son martyre était décrit avec une épouvantable froideur clinique. »


Hervé Le Corre confirme avec Les cœurs déchiquetés, polar très réussi aux frontières du roman noir et du thriller, sa place dans le haut du panier du polar français.



Les cœurs déchiquetés d’Hervé Le Corre, Rivages/Thriller (2009), 380 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

foxy 14/01/2013 21:01

la je vous jure c'est le dernier....Le Corre c'est un tout grand...celui la est super mais l'homme aux lèvres de saphir c'est un bijou...bon je vous laisse je vais voir le bonheur est dans le pré
!!! non je déconne :o))

Hannibal 15/01/2013 15:31



Ca fait des années que j'ai L'homme aux lèvres de saphir à la maison, faudrait que je prenne le temps de le lire.



Olivier Grand 18/06/2010 02:48


J'ai eu ce Monsieur 3 ans comme prof de français au collège et c'est le genre de type qui, sans y toucher et en perfecto, donne ses lettres de noblesse à la profession d'enseignant. En plus,
j'adore ses romans qui lui ressemblent tant ! Merci M. Le Corre !!!


Hannibal 25/06/2010 21:54



Merci pour ce témoignage sincère. Ce que vous dites de l'homme ne me surprend pas mais mérite effectivement d'être signalé.



alain 20/08/2009 15:14

Voici l'adresse du site de l'asso et de la revue : http://www.ours-polar.com/
Certaines bibliothèques sont abonnées.

Hannibal 20/08/2009 15:31


Merci Alain.
Je vais voir ça.


dissertation samples 20/08/2009 11:43

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!

Hannibal 20/08/2009 15:12


Thanks a lot. I'll try so.


alain 17/08/2009 18:53

Je viens de lire une très belle d'interviex de l'auteur dans l'ours polar. J'avais beaucoup aimé son précédent : L'homme aux lèvres de saphir

Hannibal 20/08/2009 15:10


Merci pour l'info Alain. Je vais tâcher de trouver cette interview.
J'ai L'homme aux lèvres de saphir chez moi. Je le garde pour plus tard pour l'instant.
A bientôt