Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Anaisthêsia / Antoine Chainas

21 Juillet 2009 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Anaisthêsia est le troisième roman d’Antoine Chainas, toujours à la Série Noire.


Résumé

Il est flic. Il est noir. Il deale de la blanche. Désiré Saint-Pierre était déjà quelqu’un de spécial avant, alors après…
Un accident de voiture. Le coma. Défiguré. Mais au réveil, étrangement, aucune douleur. Désiré est devenu complètement insensible. Comme si ça ne suffisait pas, les tuiles lui tombent dessus les unes après les autres. Son kilo de coke a disparu et l’insaisissable Tueuse aux Bagues sur laquelle il enquêtait avant l’accident refait parler d’elle…
Si le Docteur Zymanski s’intéresse fortement à Désiré, les autres évitent ce type devenu vraiment trop spécial. Peu importe, Désiré s’en moque et compte bien régler ses problèmes, avec ou sans aide.


Mon avis

Le ton de ce roman noir est donné dès les premières lignes. Voyez plutôt.

« Ils disent que quand tu meurs, on t’enferme dans une housse biodégradable Hygéral 100 avec une fermeture en nylon et drap absorbant conforme au décret numéro 8728 du quatorze janvier quatre-vingt-sept, article vingt-neuf, agréée par le ministère de la Santé et de l’Action humanitaire. »

Avec Anaisthêsia, Antoine Chainas affirme encore un peu plus la voix particulière qui est la sienne dans le paysage du polar francophone.
Des descriptions froides et précises. Des phrases sèches. Un rythme très scandé, avec des éléments qui reviennent régulièrement, comme un leitmotiv.

« -    Les aphasiques de Wernicke opèrent ce que l’on appelle une « inversion de compréhension ». Ils ont perdu le sens des mots. Si vous leur parliez avec une voix synthétique, ils n’en comprendraient pas le plus petit fragment. Mais a contrario, ils ont développé une perception amplifiée de la charge émotionnelle du discours. Ils en appréhendent la substance avec une finesse stupéfiante. C’est pour cela qu’ils rient en regardant les hommes politiques.
-    C’est pour cela ?
-    Oui, monsieur Saint-Pierre. Parce qu’il est impossible de mentir à un aphasique. Et le spectacle de ces mensonges répétés avec une telle rapidité, accumulés avec tant de constance que c’en devient grotesque, cette dichotomie mordante entre les mots et les intentions représente pour eux une source inépuisable d’amusement. »


Anaisthêsia, c’est noir, très noir. Maladie, drogue, sexe, ripoux aux méthodes radicales... On ne lit pas Chainas pour se détendre, s'amuser, rigoler (rire jaune à la rigueur, comme dans l’extrait ci-dessus).
Pas vraiment plus pour l’intrigue policière, qui laisse souvent sur sa faim. Mais plutôt pour l’écriture : pour les descriptions – de la banlieue, du milieu psychiatrique et plus largement, de la société – et pour les réflexions. L’auteur traite intelligemment des sujets aussi variés que l’identité noire, la maladie, le rapport à soi et aux autres…
Le roman repose sur ce personnage atypique qu’est Désiré. Insensible à la douleur, indifférent aux autres et en même temps tellement pragmatique qu’il fait peur à ses congénères.

« Certains intègrent les forces de l’ordre par idéal ou bien pour la sécurité de l’emploi.
D’autres franchissent le pas dans un esprit de vengeance ou par volonté d’intégration.
D’autres encore ne font qu’obéir à un atavisme transgénérationnel.
J’ai incorporé le bureau des enquêteurs par simple souci de gestion. »


Après Aime-moi Casanova et Versus, Antoine Chainas confirme avec Anaisthêsia qu’il est un auteur sur lequel il faut désormais compter. Un style bien à lui, du roman très noir : Chainas, on aime ou on n’aime pas mais on ne peut pas y rester…  insensible.



Anaisthêsia d'Antoine Chainas, Gallimard/Série Noire (2009), 308 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

nina 20/03/2012 16:05

Encore un livre à lire sans hesitation.Mais ceux qui n'ont pas aimé"Versus",n'aimeront peut-ètre pas celui ci.Chainas a son public,qui le suit.Un livre sans concessions.

Hannibal 21/03/2012 14:26



Bien que je l'ai trouvé bon, c'est un livre que je ne conseillerais pas à tout le monde sans hésitation. C'est typiquement le genre de roman qui ne peut pas plaire à un large public (au "grand
public" ?. Tu as raison, si on apprécie Chainas (ou ce genre), c'est très bien.



nina 16/09/2010 17:36


Que dire de Chainas???Le plus talentueux,celui qui nous file des claques.Beaucoup de folie,chez ce bonhomme.Et certainement,un petit grain,pour ceux qui le lisent.


Hannibal 24/09/2010 11:41



Je confirme. Je suis actuellement en pleine histoire d'amour radioactive et je retrouve avec plaisir le style inimitable d'Antoine Chainas.