Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Les naufragés de l’île Tromelin / Irène Frain

22 Mars 2009 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Littérature française

Les naufragés de l’île Tromelin est le dernier livre d’Irène Frain, paru chez Michel Lafon.


Résumé

En 1761, un navire français s’échoue sur un îlot perdu de l’océan Indien. Il transporte cent soixante esclaves. Pour survivre, rescapés blancs et noirs doivent cohabiter. Un officier veut construire une chaloupe. Les marins refusent de l’aider. Les esclaves acceptent. Leur dignité force le respect des Blancs. Mais au moment du départ, on ne les embarque pas. Quinze ans plus tard, quand le bruit de ce forfait a couru tous les ports, on revient les chercher. Il ne reste que sept femmes et un enfant. À partir des archives maritimes, des fouilles archéologiques et d’un séjour sur l’île, Irène Frain raconte ce chapitre méconnu des droits de l’Homme, qui a conduit les consciences à l’abolition de l’esclavage.


Mon avis

Ne connaissant Irène Frain que de nom, et cette histoire étant basé sur des faits historiques réels – l’Histoire m’intéresse beaucoup – j’ai accepté avec curiosité de recevoir ce livre grâce à Chez-les-filles.com.

Ce livre n’est pas vraiment un roman ni tout à fait un documentaire. Peut-être pourrait-on le qualifier de documentaire romancé.
Toujours est il que ce statut peu clair m’a posé quelques problèmes tout au long de la lecture. L’équilibre entre éléments fictifs et faits avérés historiquement est précaire et semble avoir posé problème à l’auteur elle-même. J’ai trouvé pénibles ces « hypothèse la plus plausible » et autres « peut-être ». On peut s’en tenir au livre d’Histoire, et donc aux seuls faits avérés, à l’instar d’un historien, ou au contraire assumer pleinement une part de fiction, et donc écrire un roman historique. Il est bien plus délicat de rester perdu quelque part à mi-chemin entre les deux options, ce qui a parfois eu le don de m’exaspérer.

L’histoire de ce livre, vraie en très grande partie donc, est très intéressante à suivre.
Toutefois, je n’ai pas été totalement convaincu par l’écriture d’Irène Frain, surtout au niveau des descriptions. Il lui vient facilement des métaphores assez lourdes (« les paroles lui tombaient de la bouche comme d’une source ») et j’ai dégluti à chaque fois que j’ai croisé un « ultra » ou un « archi » (« l’île est ultra dure »…), mots que je trouve horriblement laids lorsqu’ils se retrouvent au sein de descriptions, parfois très réussies par ailleurs.

Outre l’histoire elle-même, c’est sans doute le travail sur les personnages qui m’a le plus intéressé, et particulièrement celui de Castellan, très intéressant dans la complexité de sa psychologie.
Dans la perspective d’un roman historique, il aurait été intéressant de s’attarder sur le ressenti des esclaves, en particulier après le départ de la prame, leur point de vue n’étant pas vraiment abordé.

Si je n’ai pas été emballé par Les naufragés de l’île Tromelin, il n’en demeure pas moins intéressant. Irène Frain a le mérite de faire connaître au grand public cette histoire passionnante qui plaira certainement aux férus d’Histoire et aux amateurs de romans historiques.



Les naufragés de l’île Tromelin, Irène Frain, Michel Lafon (2009), 371 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

chris89 31/03/2009 09:18

Je suis à 232ème page de ce livre que m’a prêté Keisha et j’ai du mal à y trouver le ton des grandes aventures navales comme le fait si bien Claude Villers. Ce récit me semble tout de même intéressent ! À suivre.

Hannibal 05/04/2009 01:21


Bonne lecture. N'hésitez pas à revenir donner votre avis final par ici.
J'ai rapidement visité votre blog. J'avais pour ma part beaucoup aimé Amitiés
mortelles, comme quoi, comme on dit, les goûts et les couleurs...