Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Auto-Psy de l’Ankou / Michel Dozsa

27 Octobre 2008 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Auto-Psy de l’Ankou est la troisième enquête de Ronan Magyar, un privé bien sympathique imaginé par Michel Dozsa.


Résumé

L'Ankou... Mythe ou réalité ? C'est ce que va tenter de découvrir Ronan Magyar sur les chemins de la Bretagne. Depuis un mystérieux assassinat à Rennes où tout accuse l'ouvrier de la mort, en passant par Saint-Brieuc, Guingamp, Ploumagoar, Perros-Guirec et Brasparts, l'empreinte meurtrière d'un tueur diabolique semble partout... Sabots de bois aux pieds, chapeau noir sur la tête ; lorsque les légendes se mettent à exister, la réalité est vite dépassée !


Mon avis


Un polar sur l’Ankou.
Cela ne pouvait qu’intéresser le breton pure souche que je suis (pour celles et ceux qui ne seraient pas au fait des légendes armoricaines et dont la curiosité serait titillée : un lien sur l’Ankou).

Pour un « polar local » ou « régional », comme on a coutume de les appeler, j’ai été très agréablement surpris par la qualité de l’intrigue proposée ici par Michel Dozsa.
Le roman est très bien construit et les différentes histoires que l’on suit en alternance se mêlent peu à peu sans perdre le lecteur.
Le suspense n’est pas des plus endiablés tout du long mais le final est imprévisible (pour ma part du moins) et  bien amené.

Si j’ai peu apprécié le personnage de Morgane, que j’ai trouvé assez caricatural – sa plastique est irréprochable, son intelligence et sa perspicacité sont du même niveau – le personnage de Ronan Magyar m’a plu.
Pour progresser dans son enquête, il est constamment sur le terrain, mène des interrogatoires, cherche à suivre des pistes. Il tâtonne, se trompe, et persévérant, recommence.
Certes, l’enquête comporte alors quelques longueurs, mais je préfère de loin ce type d’enquêteur à ceux qui, sur la seule base de leurs intuitions, courent droit à la résolution et ne se fourvoient jamais.

S’il y a un point sur lequel je serai moins élogieux, c’est sur l’écriture elle-même, qui, dans l’ensemble, manque de fluidité. Certaines phrases sont un peu poussives, certaines descriptions un brin répétitives et le tout manque d’allant.

En continuant à produire des intrigues de ce niveau et en améliorant un peu son écriture, Michel Dozsa a selon moi de quoi se faire un nom dans le polar.

Pour ceux qui seraient intéressés : Le diable s’invite, la quatrième enquête de Ronan Magyar, vient juste de sortir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Fabien 21/11/2008 14:25

ce polar a tout pour intéressé le néo-breton que je suis ;-)

Hannibal 21/11/2008 16:35


Merci pour ton commentaire, mais surtout pour les petits coups de mains