Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Millénium / Stieg Larsson

11 Septembre 2008 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar scandinave

On ne présente plus Millénium aux passionnés de polar. Cette célèbre trilogie du journaliste et romancier suédois Stieg Larsson comprenant Les hommes qui n'aimaient pas les femmes, La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette et La reine dans le palais des courants d'air défraie la chronique depuis deux ans et est certainement appelée pour diverses raisons (ventes exceptionnelles, mort prématurée de l’auteur, etc.) à rester dans l’histoire des littératures policières.


Résumé du premier tome

Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée. placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont résoudre l'affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire.


Mon avis

J’ai choisi de vous parler de Millénium en un article plutôt qu’en trois pour plusieurs raisons.
Ce choix se justifie premièrement par le fait que Millénium est une « vraie » trilogie c’est-à-dire qu’elle constitue un ensemble vraiment cohérent et que les personnages évoluent considérablement tout au long de ces trois romans.
La seconde raison découle de la première : j’ai été consterné de voir que l’éditeur lui-même révèle sur la quatrième de couverture du troisième roman des éléments importants du second, même s’il y a, je le concède, un léger avertissement. C’est donc pour éviter ces mauvaises surprises au lecteur que je ne vous propose ici que le résumé du premier roman. Je vous garantis également - comme d’habitude, puisque j’ai moi-même horreur des spoilers, ou gâcheurs pour nos amis québecois et/ou anglophobes - une critique sans révélations importantes concernant les intrigues.

Difficile de donner comme ça un avis sur ces quelques 2000 pages et de trouver des explications objectives et rationnelles quant à l’engouement phénoménal du public pour Millénium.

Je commencerai tout d’abord par dire qu’on peut - selon moi - difficilement généraliser sur l’ensemble de cette œuvre tant elle est inégale en qualité.
Je m’explique : si la fin du deuxième tome m’a emballé comme rarement un polar ne l’a fait, le début du premier tome m’est apparu laborieux, celui du troisième mou et poussif.

Le succès de cette trilogie vient selon moi en grande partie des personnages principaux, et essentiellement de deux d’entre eux, qui portent véritablement cette œuvre : le journaliste Mikael Blomkvist et, plus encore, l’atypique et charismatique Lisbeth Salander.
Le personnage de Mikael, qui n’est pas à proprement parler exceptionnel – entendez par là pas super original –  a ceci de très bien fait qu’on s’identifie rapidement et durablement à lui, et que s’il est un « héros » - courageux et intelligent - il reste très humain, avec ses faiblesses et ses défauts.
A l’opposé, le personnage de Lisbeth est très novateur. Folle à lier pour certains, brillante pour d’autres, courageuse, asociale, spéciale, … Lisbeth est un personnage fort complexe. On pourrait lister un nombre impressionnant de qualificatifs, qu’on pourrait ensuite séparer en deux catégories, les positifs et les négatifs : on en obtiendrait à peu près autant de chaque côté. Lisbeth est une héroïne vraiment spéciale et loin d’être parfaite, et c’est, je pense, ce qui fait sa particularité et son succès.
D’autres personnages, plus secondaires, sont également sympas comme Erika Berger la co-directrice de Millénium, Holger Palmgren l’ex-tuteur de Lisbeth ou encore Dragan Armanskij, son employeur chez Milton Security.

Les intrigues « policières » en elles-même sont plutôt moyennes, au niveau originalité par exemple, mais elles sont soignées et leur potentiel est exploité au maximum par Stieg Larsson. Les rapports entre les différents protagonistes sont parfois complexes également, ce qui est plutôt une richesse. Au final, c’est de bon niveau.
Le suspense annoncé comme exceptionnel en quatrième de couverture par l'éditeur (« dans cet univers à cent à l'heure » ou encore « un thriller au rythme affolant » ) est il est vrai d’un niveau plutôt élevé , mais pas à la hauteur de ce qu’on nous promet.

Après ces éléments plutôt positifs, parlons des quelques éléments qui m’ont moins plu, pour ne pas dire déplu.
Certains lecteurs ont reproché à Larsson certaines longueurs. Je ne peux que confirmer, et j’ose même parler de digressions, qui parfois n’apportent rien au récit.
Il y a aussi des lourdeurs au niveau de certains détails, qui a force de répétitions sont plutôt enquiquinants qu’autre chose, comme ce fameux café latte que commande systématiquement Mikael.
Il y a beaucoup de scènes à caractère sexuel également (trop même selon moi) et la plupart des personnages dorment nus, ce que je trouve plutôt étrange. Ca se fait peut-être pas mal en Suède, qui sait ?

Si l’on peut trouver tout au long de Millénium des « défauts », l’ensemble est de grande qualité et certains passages comme la seconde moitié de La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette sont vraiment exceptionnels et nous font regretter la mort prématurée de Stieg Larsson.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

A_girl_from_earth 11/01/2009 17:39

Je suis assez d'accord avec ton analyse de cette trilogie, notamment sur la partie "défauts" et inégalité des 3 tomes qui n'occulte pas pour autant l'enthousiasme qu'on peut ressentir face à cette série dans son ensemble. C'est vrai que son succès est assez hallucinant.

Lisbeth 20/10/2008 22:54

Parution aux éditions du Toucan d'une enquête sur la trilogie de Stieg Larsson : Le Mystère du quatrième manuscrit par Guillaume Lebeau.

Hannibal 21/10/2008 00:22


Je suis déjà au courant. Ca a l'air pas mal.
Merci du commentaire.