Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Ton silence est un baiser / Denis Labayle

16 Mai 2008 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Littérature française

Ton silence est un baiser est le troisième roman de Denis Labayle.

Il fait également partie de la sélection de livres du 6e Prix des Lecteurs du Télégramme.


Résumé

"En repliant le journal, je songe à cette cynique évidence: le monde se meurt, et moi je revis. Sans cette épidémie qui sidère les hommes et occupe tes premières pages des journaux, je ne serais pas dans cet avion en partance pour Boston avec l'espoir de retrouver Maud.". Après un an de séparation, Franck et Maud, tous deux chercheurs, se retrouvent à l'occasion d'un congrès réunissant les plus grands spécialistes du monde pour découvrir un remède au mal qui ravage la planète. Déchirés entre l'avenir de l'humanité et Leur propre destinée, Les amants vont devoir affronter les exigences de la crise, la tyrannie du sort et la violence des hommes. D'autant que Maud s'oppose à un puissant Lobby pharmaceutique peu disposé à faire passer Le bien commun avant ses propres intérêts. De cette tragédie mondiale, Denis Labayle parvient à faire surgir des moments de bonheur radieux. Comme dans un chant, les voix des deux amants alternent, s'enlacent et se répondent. Engagé, intense et lyrique, ce roman est une ode à la liberté, et davantage à l'amour, seul idéal à tenir encore ses promesses.


Mon avis

Ton silence est un baiser
n’est pas intrinsèquement un mauvais roman. C’est juste que ce n’est pas du tout mon type de lecture.
Je savais à quoi m’attendre dès le titre. Il s’agit d’un roman d’amour, sur fond de crise planétaire.

Les histoires d’amour n’étant pas ma tasse de thé, j’ai plus accroché à la partie catastrophe et anticipation de cet ouvrage, et encore.
De ce côté-là, il y a quelques bonnes idées. Le monde est touché par une pandémie d’une envergure exceptionnelle et certaines scènes rappellent les grands films catastrophes. J’ai bien aimé les quelques éléments de science-fiction apportés par l’auteur, avec par exemple les tickets de rationnement pour le carburant qu'essaie d'obtenir Franck, le personnage principal.

La toute fin rehausse un peu le niveau de ce roman que j’ai trouvé vraiment moyen, et que je ne saurai conseiller qu’aux amateurs d’histoires à l’eau de rose et aux fans de Denis Labayle.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article