Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

L’homme du lac / Arnaldur Indridason

2 Mai 2008 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar scandinave

L’homme du lac est la quatrième enquête du commissaire Erlendur Sveinsson écrite par le romancier islandais Arnaldur Indridason.


Résumé

En juin 2000, un tremblement de terre provoque un changement du niveau des eaux du lac de Kleifarvatn et découvre un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacées. Le commissaire Erlendur et son équipe s'intéressent alors aux disparitions non élucidées dans les années 60, ce qui conduit l'enquête vers les ambassades des pays de l'ex-bloc communiste et les étudiants islandais des jeunesses socialistes boursiers en Allemagne de l'Est, pendant la guerre froide. Tous ces jeunes gens sont revenus du pays frère brisés par la découverte de l'absurdité d'un système qui, pour faire le bonheur du peuple, jugeait nécessaire de le surveiller constamment. Erlendur, séduit par un indice peu commun, une Ford Falcon des années 60, et ému par l'amour fidèle d'une crémière abandonnée, s'obstinera à remonter la piste de l'homme du lac dont il finira par découvrir le terrible secret.


Mon avis


Comme toujours lorsque je lis un Indridason, j’ai été totalement convaincu par cet excellent roman noir qu’est L’homme du lac.

Le style d’Indridason me plaît énormément. Si loin du thriller effréné, mais pourtant au moins aussi bon. Erlendur est un policier qui sait prendre son temps sur une enquête ; de la même façon, Indridason est un auteur qui sait prendre son temps pour raconter une histoire et ce sans donner au lecteur l’impression de perdre le sien. C’est quelque chose de plutôt rare dans la littérature policière actuelle où tout doit aller vite au risque de paraître mauvais, ou pire : vieillot ! C’est en partie pour cela, je pense qu’Indridason est un auteur remarquable et remarqué, qui a su conquérir un grand nombre de lecteurs avec sa touche si particulière.

L’homme du lac, comme souvent les romans d’Indridason, se situe dans deux cadres chronologiques différents : ici, les années 60, en pleine Guerre Froide, et aujourd’hui.
Evidemment, il sera impossible à Erlendur et à ses coéquipiers de résoudre l’enquête actuelle sans se replonger dans cette sombre période.

On s’attache au moins autant que d’habitude au quotidien des différents personnages, avec Elinborg qui se met à écrire des livres de cuisine à succès et le commissaire Erlendur qui a toujours des problèmes relationnels avec sa fille. L’Islande, grande héroïne des romans d’Indridason, est ce coup-ci un peu moins présente, puisque, Guerre Froide oblige, une grande partie de l’intrigue se déroule sur le continent.

Indridason est un des tous premiers auteurs que je conseille aux personnes désirant lire des romans policiers mais ne sachant pas par où commencer. Si c’est votre cas, n’hésitez pas ! J’espère que vous serez convaincus.

ATTENTION ! Bien que les enquêtes en elles-mêmes soient indépendantes, il est préférable de lire les enquêtes d’Erlendur dans l’ordre, car comme dans toute série les personnages évoluent les uns par rapport aux autres. L’homme du lac est donc le 4e roman d’Indridason après La cité des jarres, La femme en vert et La voix.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

reverse cell 12/01/2012 11:38

As-tu déjà lu les romans de Michel Folco ? Puisque tu as aimé le style de Jean Teulé, je te les recommande.

Nicolas 12/08/2009 00:09

Je ne suis pas un grand fan de cet écrivain. J'avais bien aimé La femme en vert, mais j'ai eu plus de mal avec L'homme du lac. L'intrigue du passé est captivante mais celle du présent (qui met en scène Erlendur) m'ennuie assez. Je ne m'attache pas à cet inspecteur solitaire et mélancolique, pour ne pas changer. Je trouve aussi le style de l'auteur trop sec et le rythme trop lent. Quant à l'intrigue elle-même, elle n'est pas mal, mais rien de transcendant pour autant. Pas de quoi sauter au plafond, donc.

Hannibal 20/08/2009 15:07


Tu l'auras surement compris en me lisant, moi j'aime beaucoup.
Je ne saute pas tout à fait jusqu'au plafond mais je suis vraiment heureux quand une nouvelle enquête d'Erlendur arrive entre mes mains. Et Indridason est un de mes auteurs préférés.
Alors bien sur le rythme est lent, mais ça ne me dérange absolument pas (pour le moment en tout cas, mais il n'y a pas de raison que ça change).
Je suis passé (vite fait par manque de temps) sur ton blog. Il est sympa, et pour info, je lirai également L'homme qui exauce les voeux assez vite).
A bientôt