Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Dernier train pour Ouessant / Yvon Coquil

13 Janvier 2015 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Dernier train pour Ouessant / Yvon Coquil

Dernier train pour Ouessant est le troisième roman d'Yvon Coquil et la seizième enquête de Léo Tanguy. Le livre est paru l'an dernier chez La Gidouille (hommage au père Ubu).

Résumé

Le célèbre journaliste Léo Tanguy se rend à Brest, où un flic sympathique qu'il connaissait bien, Frédéric Marquaux (Polo pour les intimes), a été retrouvé mort, son corps repêché dans un bassin du port de commerce. Léo débute son enquête tandis qu'en plus de la pluie, des goélands se mettent à tomber sur Brest, littéralement, sans que les scientifiques ne puissent l'expliquer.

Mon avis

Dernier train pour Ouessant est la seizième enquête de Léo Tanguy. Ce collègue breton du Poulpe cher à Jean-Bernard Pouy (qui a d'ailleurs signé l'un des opus, Rosbif saignant), imaginé par Gérard Alle (qui inaugura la série avec Les jeunes tiennent pas la marée), avait fait une pause depuis que Coop Breizh ne publiait plus ses aventures. C'est finalement l'éditeur costarmoricain La Gidouille qui permet à l'enquêteur de remettre le pied à l'étrier, et au Ti Zef (surnom affectueux donné aux habitants de Brest) Yvon Coquil de signer son troisième roman.

Après l'hilarant Black Poher aux accents thompsoniens, et Docks, qui se déroulait déjà dans la cité du Ponant, on retrouve ici cette ville que l'auteur connaît si bien. Il y est né et n'a pas choisi le cadre portuaire par hasard puisqu'il a travaillé une trentaine d'années sur les chantiers navals de la ville. Ce n'est donc pas pour rien que les personnages et les dialogues paraissent plus vrais que nature. Ce livre a beau répondre à un certain cahier des charges, on y retrouve indéniablement la patte de l'auteur : son humour (parfois potache mais toujours drôle), sa gouaille n'hésitant pas à faire dans le « bretonnisme », un peu de critique sociale (ici contre la mondialisation de la main-d’œuvre corvéable et les patrons amoraux) et beaucoup d'humanisme (certains apprécieront sans doute la citation de Georges Hyverneaud mise en exergue).

Si l'intrigue en elle-même n'est pas des plus exceptionnelles, le roman vaut surtout pour les qualités évoquées précédemment. On rigole bien avec ces personnages avec qui on boirait bien un petit coup, le message de l'auteur passe bien, et on tourne les pages avec plaisir jusqu'à la double conclusion, surprenante bien qu'un brin farfelue.

Si vous ne connaissez pas encore Léo Tanguy, cet opus peut être l'occasion de le découvrir. De même (avec l'accent brestôa) si vous voulez visiter Brest sans trop vous mouiller.

Dernier train pour Ouessant, d'Yvon Coquil, La Gidouille (2014), 316 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article