Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Manhattan Freud / Luc Bossi

17 Décembre 2013 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar français

Manhattan Freud, paru chez Albin Michel en 2009, est le premier roman de Luc Bossi.

 

Résumé


New York, 1909.
Sigmund Freud et Carl Jung se rendent pour la première fois outre-Atlantique. L'Autrichien est censé y donner quelques conférences dans le but de convaincre de l'intérêt de la psychanalyse. À peine arrivé, on lui demande d'assister la police dans une affaire de meurtre. Le richissime August Corda a été retrouvé éventré dans son lit. Sa fille Grace aurait peut-être vu le meurtrier mais elle ne se souvient de rien. Freud pourrait-il lui faire retrouver la mémoire grâce à ses méthodes ?

 

 

Mon avis

 

En 2008, j'avais lu et apprécié L'interprétation des meurtres, de Jed Rubenfeld (voir la chronique sur ce blog) dont voici le résumé :

« 1909. Sigmund Freud est à New York pour donner une série de conférences sur la psychanalyse. Au même moment, une jeune femme de la bonne société est étranglée après avoir été sauvagement torturée. Freud, fatigué, malade, en butte à l'hostilité de l'intelligentsia locale, se retrouve malgré lui impliqué dans l'enquête que mène l'inspecteur Littlemore... »

 

Rarement j'ai vu deux romans au point de départ si similaire. A priori, d'après ce que je sais, personne n'a « copié » sur l'autre. C'est vrai que cet événement historique se prête bien à un polar.
À l'époque, je n'avais pas voulu lire Manhattan Freud en raison de cette trop grande similitude avec l'autre roman. Mais j'ai toujours gardé l'idée de le lire dans un coin de ma tête et maintenant que je l'ai lu, je pense que j'ai bien fait car je n'ai pas été déçu, ce qui aurait sans doute été le cas en les enchaînant.

Comme Jed Rubenfeld, Luc Bossi ancre bien son histoire dans le New York de 1909, alors en plein essor. Les gratte-ciel poussaient alors comme des champignons, chacun surpassant le précédent en hauteur. Les immigrants en provenance d'Europe ou d'Asie affluaient encore, avec les avantages et les problèmes que cela pouvait engendrer.
Comme Jed Rubenfeld, le Français – dont c'était le premier roman – fait vivre « ses » personnages historiques, dont Freud et Jung mais pas seulement, de manière intelligente. On sent qu'il s'est documenté, sans pour autant que l'ensemble ne paraisse trop didactique.
Et heureusement, les intrigues diffèrent. Celle-ci se laisse suivre avec grand intérêt. Les fausses pistes et les rebondissements sont nombreux et bien malin celui qui aura deviné l'identité de l'assassin dès le départ.

Un bon polar historique donc.
Coïncidence : alors que Luc Bossi n'avait rien publié depuis ce premier roman de 2009, je me renseigne un peu et voit que son deuxième est prévu pour très bientôt.
Le 6 février 2014 paraîtra chez Fayard Trouvée, écrit à quatre mains avec Isabelle Pollin.

 


Anecdote :

Pour pousser le jeu de la comparaison jusqu'au bout, regardez la couverture du Rubenfeld en grand format et celle du Bossi en poche (il s'agit du Flatiron Building situé à Manhattan et achevé en 1902).

 


Manhattan Freud, de Luc Bossi, Albin Michel (2009), 364 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article