Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hannibal le lecteur

Le linguiste était presque parfait / David Carkeet

22 Décembre 2013 , Rédigé par Hannibal Publié dans #Polar américain

Le linguiste était presque parfait / David Carkeet

Écrit par David Carkeet en 1980, Double Negative vient d'être publié en France par les éditions Monsieur Toussaint Louverture, avec une traduction de Nicolas Richard.

Résumé


Un soir, le linguiste Jeremy Cook (spécialiste du babillage) reste de manière inhabituelle au bureau, son chef lui ayant demandé de lui préparer un dossier pour le lendemain. Entendant un fort crissement de pneu, il sort voir de quoi il s'agit. Il ne voit rien d'anormal mais ne peut plus rentrer, ses clés étant restées à l'intérieur. Il s'en va, laissant donc son bureau ouvert et la lumière allumée. Le lendemain, alors qu'il arrive en retard, on lui annonce qu'on a retrouvé Stiph, un de ses collègues, mort dans son propre fauteuil, vraisemblablement assassiné. Le cadavre ayant été découvert dans son bureau, difficile pour l'inspecteur Leaf de ne pas faire de Cook le suspect idéal.

Mon avis

On s'attache rapidement à Cook, sympathique loser à qui il arrive tout de sorte de tuiles et qui a l'impression que personne ne l'aime. Il a des vues sur une nouvelle auxiliaire de puériculture (le centre étudie l'acquisition du langage chez les enfants et dispose d'une crèche expérimentale), la belle Paula. Problème, il ne sait pas trop comment l'aborder et en la suivant, il l'entend prononcer : « Cook, il foire tout, c'est un parfait trou du cul. » Pas facile...

« Il lui fallait davantage de données. Il fallait qu'il écoute. Le coupable se savait coupable. Il savait ce qu'il avait fait. En tant que linguiste, Cook, lui, savait que chaque jour, dans presque chaque phrase, les gens livraient régulièrement (quoique souvent par inadvertance) des informations à leur auditoire sur ce qu'ils savaient. Il allait devoir se montrer patient. »

Un peu par désœuvrement, et parce qu'il est concerné au plus haut point, Cook décide décide de mener lui aussi son enquête, ou plutôt une double enquête. Après avoir compris que l'assassin ne pouvait être qu'un de ses collègues, il va essayer de déterminer lequel. Il va aussi tenter de trouver qui a pu colporter des rumeurs derrière son dos, lui compliquant l'approche de ses charmantes nouvelles collègues. La tension devient palpable au centre, chacun suspectant le collègue qu'il n'aime pas d'être l'instigateur du crime de Stiph.

« Nous pensons que le gars a vomi dans votre bureau, annonça-t-il. À cause du stress, de l'anxiété, du dégoût d'avoir eu à traîner le cadavre... difficile à dire. »

Lorsque Cook demanda si c'était une piste sérieuse Leaf haussa les épaules.

« La glace, c'est de la glace, dit-il. Je veux bien qu'on m'encule si j'arrive à en tirer quoi que ce soit. »
Cook hocha la tête avec gêne, sceptique quant à la portée sémantique de cette apodose impérative.
»

Aux ingrédients habituels du whodunit classique (meurtre, indices, suspects, rebondissements, révélation finale inattendue), David Carkeet ajoute une sympathique touche d'humour et fait évoluer ses personnages dans le cadre intéressant de la linguistique. D'ailleurs, Cook se convainc que le coupable finira bien par se dévoiler tout seul, sans faire exprès, en laissant échapper quelque chose qu'il n'arrivera plus à taire.

Publié il y a plus de trente ans aux États-Unis, il aura fallu attendre cette initiative des éditions Monsieur Toussaint Louverture pour faire découvrir aux francophones ce roman original de David Carkeet, qui se lit encore comme aux premiers jours, et avec un plaisir certain. Si vous pensez aimer le whodunit un peu décalé, ce polar est fait pour vous.

Le linguiste était presque parfait (Double Negative, 1980), de David Carkeet, Monsieur Toussaint Louverture (2013). Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard, 286 pages.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Kathel 30/12/2013 15:38

J'ai beaucoup aimé ce roman très original !